Secondaire - Système sans distributeur ou bobine par cylindre (à allumage négatif)

Vous aurez besoin d'un PicoScope pour réaliser ce test.

Comment raccorder l'oscilloscope en cours d'essai : un système d’allumage secondaire sans distributeur (ou étincelle perdue) à allumage négatif

  1. Branchez un câble de contacteur d’allumage haute tension (HT) dans le canal A du PicoScope.
  2. Installez la pince crocodile du câble sur une prise de terre adaptée et la pince HT sur l’un des câbles de bougie du moteur. Si vous effectuez un branchement sur un système de bobine par cylindre, un adaptateur d’extension HT est nécessaire entre la bougie d’allumage et la bobine. Le câble de contacteur d’allumage HT est ensuite fixé à cette extension.

Alors que tous les systèmes à bobine par cylindre sont équipés de bougies d’allumage à allumage négatif, sur le système d’allumage sans distributeur (DIS), vous devez identifier les bougies à allumage positif et négatif. Si la forme d'onde HT ne figure pas dans les mesures en direct ou si elle semble inversée, une bougie à allumage positif a mal été sélectionnée, et il faut donc choisir un câble de bougie différent pour le test, ou chargez l’exemple de forme d’onde positive secondaire depuis le menu déroulant.

Avertissement : Lors de la fixation ou du retrait des capteurs d’allumage secondaires de câbles HT endommagés, il y a un risque de choc électrique. Pour éliminer cette possibilité, coupez le contact avant de fixer ou de retirer le capteur d'allumage secondaire.

Exemple de formes d’ondes

Remarques sur la forme d'onde secondaire à allumage négatif

Lorsque la tension de bougie s’affiche sur un DIS ou le système d'allumage de bobine par cylindre, la forme d'onde devrait être orientée comme sur l’illustration et non inversée, car cela indiquerait que la mauvaise polarité a été sélectionnée dans le menu ou, dans le cas d’un DIS, que la mauvaise bougie a été choisie. La tension de bougie fluctue en permanence lorsque le moteur tourne, ce qui fait monter et descendre la forme d'onde. Pour déterminer la tension maximale au niveau de la bougie d’allumage, utilisez la mesure « Tension maximale du canal A » en bas de l'écran.

Enclenchez la manette des gaz et observez la tension qui change lorsque le moteur est sous charge. C'est le seul moment où les bougies sont sous une contrainte et cela donne une appréciation juste de leur performance sur route.

La partie de la forme d'onde qui suit immédiatement le point de déclenchement, à environ -1,3 kV, s’appelle la tension « sparkline ». Il s'agit de la tension nécessaire pour maintenir l’allumage de bougie après que l'étincelle a initialement sauté l'écart. Cette tension est proportionnelle à la résistance dans le circuit secondaire. La tension « sparkline » de l'exemple dure environ 1,4 ms. Il s'agit de la durée de l'étincelle, de la durée pendant laquelle l'étincelle est active dans l'écartement de bougie.

Des informations complémentaires sur les formes d'ondes secondaires figurent aux pages d’information « Secondaire - Câble central ou de bougie d’un système de distributeur », sélectionnées depuis le menu principal.

Informations techniques

Le DIS a ses propres inconvénients, du fait que seulement la moitié des bougies s’allument avec une tension négative acceptable, tandis que les bougies de l’autre moitié s’allument avec la polarité positive moins acceptable. En conséquence, les bougies à déclenchement positif présentent une usure prononcée.

Ce système allume les bougies à chaque révolution au lieu d’une fois toutes les deux révolutions, et c’est ce qu’on appelle un « système d'étincelle perdue ». Cela ne signifie pas que les bougies s’usent deux fois plus vite, car l’étincelle perdue est au niveau de la course d’échappement, et elle n’est donc soumise à aucune compression. Si l’on retire et examine les bougies d’allumage après plusieurs milliers de kilomètres, deux des bougies présenteront des électrodes presque rectangulaires, tandis que les bougies a déclenchement positif présenteront une usure plus prononcée.

La bobine est constituée d'un enroulement primaire qui entoure l'enroulement secondaire. L’enroulement secondaire est enroulé autour d'un noyau de fer multifeuilleté et compte environ 20 000 à 30 000 tours. Une extrémité est raccordée à la borne primaire et l'autre, au boîtier de la bobine.

La haute tension (HT) est produite par une induction mutuelle entre l'enroulement primaire et l'enroulement secondaire, et le noyau de fer mou central intensifie le champ magnétique entre eux.

La tension mesurée au niveau de la bougie d’allumage est la tension requise entre les électrodes de bougie dans diverses conditions, et elle est déterminée par tout ou partie des éléments suivants :

La tension de bougie augmente de La tension de bougie diminue de
Grands écartements des électrodes de bougie Petits écartements des électrodes de bougie
Un grand entrefer de rotor Compression faible
Une rupture d’un câble de bougie Mélange riche
Une rupture du câble central Avance à l’allumage erronée

Bougies d’allumage usées
Suivi jusqu’à la masse
Un mélange pauvre en carburant Bougies encrassées
Mauvais alignement entre le rotor et le rélucteur  


Les besoins en kilovolts (kV) de bougie des vieux moteurs tendent à être inférieurs à ceux des moteurs modernes, car ces derniers fonctionnent avec des rapports de compression supérieurs, des rapports air/carburant moins riches et des écartements d’électrodes de bougie plus grands.

Le moteur moderne doté d’un système d'allumage sans distributeur (DIS) possède tous les avantages d'un système d'allumage électronique à énergie constante, mais avec en plus le bénéfice supplémentaire d’éliminer le chapeau du distributeur, le câble central et le bras du rotor dans le système. Les problèmes de fiabilité dus à l'humidité et au suivi sont maintenant presque éliminés.

AT081-6(FR)

Déni de responsabilité
Cette rubrique d’aide est sous réserve de modifications sans préavis. Les informations contenues dans la présente sont soigneusement contrôlées et sont considérées être correctes. Ces informations présentent un exemple de nos études et conclusions, et elle ne constituent pas une procédure définitive. Pico Technology n’endosse aucune responsabilité en cas d’inexactitudes. Chaque véhicule peut être différent et nécessiter des réglages uniques en matière d’essais.