Secondaire - Contrôle de sortie de bobine

Vous aurez besoin d'un PicoScope pour réaliser ce test.

Comment raccorder l'oscilloscope en cours d’essai : sortie de bobine

Remarque : vous aurez besoin d'un adaptateur d’essai d'allumage de 30 kV, disponible auprès de votre fournisseur d'équipement de test.

Procédure de raccordement - Systèmes de distributeur

Branchez un câble de capteur d’allumage HT dans le canal A sur le PicoScope, fixez le câble volant de pince crocodile du câble sur une prise de terre adaptée et fixez la pince HT sur l’un des câbles de bougie du moteur. Débranchez ce câble de bougie (au niveau de l’extrémité de la bougie d’allumage) et insérez l'adaptateur de test de 30 kV, comme l’illustre la Figure 1.

Procédure de raccordement - Système d'allumage sans distributeur (DIS)

À l'aide du deuxième exemple de forme d'onde de déclenchement négatif secondaire, identifiez d'abord les deux bougies d’allumage à déclenchement négatif. Il faut seulement vérifier les bougies à déclenchement négatif sur ce système, car un défaut du côté du bloc de bobinage s'affiche, quelle que soit la polarité.

Branchez un câble de capteur d’allumage HT dans le canal A sur le PicoScope, fixez le câble volant de pince crocodile du câble sur une prise de terre adaptée et fixez la pince HT sur l’un des câbles de bougie à déclenchement négatif du moteur. Débranchez ce câble de bougie (au niveau de l’extrémité de la bougie d’allumage) et insérez l'adaptateur de test de 30 kV, comme l’illustre la Figure 1.

Procédure de raccordement - Bobine par cylindre

Retirez le bloc de bobinage et installez un adaptateur d'extension sur la bougie d’allumage. Fixez l'adaptateur de test de 30 kV, comme l’illustre la Figure 50.1, entre l'extension et la bobine.

Branchez un câble de capteur d’allumage HT dans le canal A sur le PicoScope, fixez le câble volant de pince crocodile du câble sur une prise de terre adaptée et fixez la pince HT sur l’adaptateur de test de 30 kV.

Procédure d'essai

La procédure d’essai est la même pour tous les systèmes d’allumage ci-dessus. Avec le moteur en marche et l'oscilloscope affichant les mesures en direct, retirez très délicatement le raccordement à la bougie d’allumage (ou l’adaptateur d’extension). Cette opération s’effectue à l’aide d’une pince isolée adaptée, comme celle qui est illustrée dans la Figure 2. Une fois que le raccordement à la bougie d’allumage est retiré, une étincelle devrait être visible à l’intérieur du testeur de 30 kV. Cet écartement est prédéfini, et au moins 30 kV devraient s’afficher sur l'oscilloscope si la bobine en assez bon état. La mesure de la tension maximale de la forme d'onde prédéfinie est affichée au bas de l'écran.

La Figure 3 présente les raccordements effectués sur une bougie d’allumage à déclenchement négatif sur un système DIS. La Figure 4 présente le raccordement à la bougie d’allumage en cours de retrait.

Il faut être très prudent lors de ce test, car des circuits HT modernes peuvent produire plus de 60 kV. Cette tension endommagerait le système d'allumage et même le module de commande électronique (ECM) si l'essai n'est pas effectué correctement.

Avertissement

Lors de la fixation ou du retrait des capteurs d’allumage secondaires de câbles HT endommagés, il y a un risque de choc électrique. Pour éviter ce risque, fixez et retirez le capteur d’allumage secondaire avec l’allumage désactivé.

Exemple de formes d’ondes

Remarques sur la forme d'onde - contrôle de la sortie de la bobine

Lors du test de la sortie maximale de la bobine avec le câble HT retiré, la crête en kV sur l'oscilloscope est supérieure à la normale. La tension à laquelle la sortie s'élève dans ces conditions particulières, avec l'étincelle franchissant l’écartement prédéterminé entre les électrodes de bougie dans le testeur d'étincelles, n'est pas la tension maximale possible depuis la bobine. La tension enregistrée est simplement la tension nécessaire pour franchir l’entrefer du testeur. Dans cette optique, la tension maximale doit être mesurée à partir de la mesure du « canal A : maximum (kV) » en bas de l'écran. La tension maximale enregistrée dans ce cas est de 29,55 kV. Si l'opérateur devait ouvrir complètement le circuit HT sans l'aide d'un écartement des électrodes, la tension enregistrée serait considérablement plus élevée, mais risquerait d'endommager les circuits de commutation primaires au sein de l'amplificateur ou de l’ECM. Cette pratique n'est donc pas conseillée.

Une bobine type comme le système DIS, équipée ce moteur Ford Zetec, produit plus de 60 kV. Une sortie réduite encore capable de franchir l’écartement des électrodes se reconnaît à la réduction de la durée des étincelles.

Des informations complémentaires sur les formes d'ondes secondaires figurent aux pages « Secondaire - Câble central ou de bougie d’un système de distributeur », sélectionnées depuis le menu principal.

Informations techniques - circuits d'allumage secondaires

Dans l'enroulement primaire de la bobine se trouve l'enroulement secondaire. Cet enroulement est enroulé autour d'un noyau de fer multifeuilleté et compte environ 20 000 à 30 000 tours. Une extrémité est raccordée à la borne primaire et l'autre, au boîtier de la bobine.

La haute tension (HT) est produite par une induction mutuelle entre l'enroulement primaire et l'enroulement secondaire. Le noyau de fer doux central intensifie le champ magnétique entre eux.

Sur un système avec distributeur, la haute tension secondaire produite par la bobine est affectée à la bougie d’allumage appropriée par le biais des contacts à l'intérieur du chapeau du distributeur.

La tension mesurée au niveau de la bougie d’allumage est la tension requise entre les électrodes de bougie dans diverses conditions, et elle dépend de ce qui suit :

La tension de bougie augmente de : La tension de bougie diminue de :
Grands écartements des électrodes de bougie Petits écartements des électrodes de bougie
Un grand entrefer de rotor Compression faible
Une rupture d’un câble de bougie Mélange riche
Une rupture du câble central Avance à l’allumage erronée
Bougies d’allumage usées Suivi jusqu’à la masse
Un mélange pauvre en carburant Bougies encrassées
Mauvais alignement entre le rotor et le rélucteur  

Les besoins en kilovolts (kV) de bougie des vieux moteurs tendent à être inférieurs à ceux des moteurs modernes, car ces derniers fonctionnent avec des rapports de compression supérieurs, des rapports air/carburant moins riches et des écartements d’électrodes de bougie plus grands.

Wasted Spark Coil Pack

Figure 5

Le moteur moderne doté d’un système d'allumage sans distributeur (DIS) possède tous les avantages d'un système d'allumage électronique à énergie constante, mais avec en plus le bénéfice supplémentaire du fait de l’absence du chapeau du distributeur, du câble central et du bras du rotor dans le système. Les problèmes de fiabilité dus à l'humidité et au suivi sont maintenant presque éliminés.

Le DIS a ses propres inconvénients, du fait que seulement la moitié des bougies s’allument avec une tension négative, tandis que les bougies de l’autre moitié s’allument avec une polarité positive peu idéale. En conséquence, les bougies à déclenchement positif présentent une usure prononcée.

Ce système allume les bougies à chaque révolution au lieu d’une fois toutes les deux révolutions, et c’est ce qu’on appelle un « système d'étincelle perdue ». Cela ne signifie pas que les bougies s’usent deux fois plus vite, car l’étincelle perdue est au niveau de la course d’échappement, et elle n’est donc soumise à aucune compression. Si l’on retire et examine les bougies d’allumage après plusieurs milliers de kilomètres, deux des bougies présenteront des électrodes relativement rectangulaires, tandis que les bougies a déclenchement positif présenteront une usure plus prononcée.

La Figure 5 présente un exemple de bloc de bobinage à étincelle perdue.

AT050-3(FR)

Déni de responsabilité
Cette rubrique d’aide est sous réserve de modifications sans préavis. Les informations contenues dans la présente sont soigneusement contrôlées et sont considérées être correctes. Ces informations présentent un exemple de nos études et conclusions, et elle ne constituent pas une procédure définitive. Pico Technology n’endosse aucune responsabilité en cas d’inexactitudes. Chaque véhicule peut être différent et nécessiter des réglages uniques en matière d’essais.